Pour plus d'info sur nos services, contactez nous au +242066233856
Toggle Bar

Que vous soyez satisfait de votre poste actuel n’implique pas que vous rejetiez toute opportunité externe. D’autant plus si vos perspectives d’évolution interne stagnent ou demeurent floues. La mobilité croissante au cours d’une carrière implique des changements d’entreprise plus réguliers. Le phénomène a même augmenté chez les cadres en 2011, d’après une enquête de l’Apec, puisque 8% d’entre eux ont changé d’entreprise en 2011, contre 7% en 2010. Dans tous les cas de figure, organiser sa recherche passive d’emploi constitue le meilleur moyen d’attirer l’attention des recruteurs qui vous intéressent. Attention, toutefois, de ne pas vous faire remarquer par votre employeur… au risque de passer pour un opportuniste.

Voici 15 conseils à suivre pour organiser au mieux votre veille et trouver un emploi.

Lister ses attentes avec précision

Recherche passive ne veut pas dire recherche aveugle. Avant de vous lancer, demandez-vous quels critères vous persuaderaient de quitter votre place actuelle. Un secteur d’activité plus attrayant ? Une entreprise à échelle internationale ? Une augmentation de 10% de votre salaire ? Ou peut-être une équipe à manager ? Autant de paramètres à considérer afin que votre recherche passive d’emploi demeure une recherche utile.

Pensez, donc, à définir vos attentes en termes d’évolution de carrière. A quelles conditions changeriez-vous de job ? Une fois cette question éclaircie, vous pourrez affiner votre cible et engager votre recherche passive d’emploi.

Se renseigner sur les domaines ciblés

Une fois votre cible définie, autrement dit lorsque vous aurez arrêté les secteurs d’activités et les types de postes qui vous intéressent, concentrez vos recherches sur ces domaines. Surtout dans le cas où vous visez des emplois très qualifiés. Renseignez-vous donc sur ces secteurs, en consultant les sites des entreprises leaders et en vous informant des dernières actualités les concernant, telles que les cours sur le marché le cas échéant.

Vous pouvez aussi consulter régulièrement les sites de référence et la presse spécialisée.

Choisir son réseau social

Les réseaux sociaux s’imposent comme les nouvelles plateformes de rencontre entre recruteurs et candidats. Leur audience dépasse même les sites réservés à la recherche d’emploi. Pour les réseaux sociaux professionnels, deux noms dominent la toile : Viadeo et LinkedIn.

Afin de maximiser vos chances, concentrez vos efforts sur un réseau social, à choisir en fonction de vos attentes. « Cela ne sert à rien d’avoir un profil sur les deux sites, d’autant plus qu’ils proposent les mêmes fonctionnalités ». Pour une recherche passive à l’international, préférez le profil LinkedIn. En France, Viadeo domine.

Activer des alertes

La recherche ou « veille passive » ne signifie pas que vous restiez inactif. Au contraire. La plupart des offres d’emplois sont publiées sur Internet et le marché du travail actuel, en particulier celui des cadres, a gagné en vitesse. En ce sens, plus vous serez réactif à une annonce d’offre d’emploi, plus vous accroîtrez vos chances de l’emporter, dans le cas où une opportunité se présente.

Pour être alerté rapidement des nouvelles offres, vous pouvez configurer les jobs boards et les réseaux professionnels pour que des notifications soient envoyées sur vos boîtes mail et vos smartphones Et pour ne pas crouler sous les alertes, souvenez-vous que certains mots clés vous permettent de filtrer ces annonces.

Mettre à jour régulièrement ses profils en ligne

Pour vous faire remarquer auprès des recruteurs, vous devez être visible sur Internet. Vos profils professionnels sur LinkedIn et Viadeo se doivent, de fait, d’être facilement et rapidement accessibles. Encore faut-il que, dans le flot des profils de candidats qui circulent sur la toile, le vôtre sorte du lot. Pour cela, veillez à le mettre à jour régulièrement. Car une simple modification fait mécaniquement remonter votre profil dans les moteurs de recherche et accroît donc votre visibilité.

L’actualisation de votre profil permet aussi de le perfectionner, tout en montrant aux internautes et aux éventuels recruteurs que vous gagnez en expériences et en compétences. Par exemple, n’hésitez pas à inscrire la formation que vous suivez, dans la mesure où, bien sûr, elle enrichit votre CV.

Consulter régulièrement les sites dédiés à l’emploi

Les jobs boards sont des sites entièrement dédiés à la recherche d’emploi, tels que Monster, Cadremploi, Jobincameroun et Keljob, pour ne citer que les plus connus. Leur but : mettre en relation les offreurs et les demandeurs d’emploi. Aujourd’hui, la plupart de ces sites ont évolué et il est possible de simplement y déposer un CV, dans leur « CVthèque ». Cela vous permet d’être visible sur ces sites, encore prisés des recruteurs. Certes, les jobs boards ont tendance à être dépassés par les réseaux sociaux, mais ils  restent des outils gratuits à ne pas négliger.

En outre, les jobs boards hyper spécialisés, ou dits « de niche », mettront davantage en valeur vos compétences et cibleront facilement les recruteurs adéquats. Ce sont, par exemple, lesjeudis.com dans le secteur de l’informatique ou jobfinance.com pour les métiers de la banque et de la finance.

Rester discret vis-à-vis de son employeur

Internet est l’outil privilégié de votre recherche passive. Mais, son utilisation doit rester un atout. Le but de la veille passive n’est pas que vous vous fassiez mal voir au bureau, mais d’attirer d’éventuelles offres d’emploi. En particulier, vous devrez trouver le juste milieu entre votre visibilité auprès d’éventuels recruteurs et la discrétion vis-à-vis de votre employeur.

Une première précaution consiste à désactiver tout profil sur LinkedIn, Viadeo et les jobs boards mentionnant une recherche active. Évitez aussi de mentionner des perspectives de carrière trop ambitieuses. Votre patron pourrait croire que vous ne seriez pas contre une offre plus alléchante ailleurs.

Consulter régulièrement les pages carrières des entreprises

Les pages carrières des entreprises qui vous intéressent constituent un foyer d’opportunités à saisir ou, du moins, à consulter dans le cadre d’une veille passive d’emploi. Elles se généralisent sur les réseaux sociaux et visent à attirer des profils passifs difficiles à approcher par des moyens plus directs. « C’est une voie que privilégient de plus en plus d’entreprises. Actuellement 12 des 40 sociétés du Cac, 40 en possèdent une ». En général, il s’agit de grandes sociétés, mais d’autres commencent à suivre cette direction.

Pourquoi consulter ces pages ? Tout simplement afin de vous enquérir des propositions d’emplois en cours, tout en jaugeant les avantages et conditions des postes offerts.

Solliciter des recommandations

Toute expérience professionnelle réussie, lorsqu’elle prend fin, ne saurait se cantonner à une ligne sur votre CV. Pour la valoriser au maximum, n’hésitez pas à demander à votre responsable une recommandation, par lettre ou via les fonctionnalités appropriées sur les réseaux sociaux professionnels. Sauf si vous partez en claquant la porte, il ne vous la refusera pas, d’autant plus s’il vous a confié être satisfait de votre travail, avant votre départ.

Non seulement ces recommandations vous serviront de gage de confiance auprès de vos éventuels futurs recruteurs, mais en plus elles vous permettront d’élargir votre réseau. En particulier, sur les réseaux tels que Viadeo, posséder une recommandation accroît la visibilité de votre profil, en le démarquant des autres.

Activer et entretenir son réseau

Dans le langage familier on parle de piston, en fait il s’agit de cooptation. Et ce système fonctionne tellement que de nouveaux cabinets spécialisés dans le parrainage apparaissent. Le réseau, qu’il soit professionnel – clients, partenaires – ou personnel peut vous ouvrir des portes que vous pensiez infranchissables et vous offrir des opportunités de carrière qui ne se refusent pas.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il vous faut activer et entretenir ce réseau. Comment ? Échanger régulièrement avec vos connaissances, simplement pour prendre des nouvelles. Profitez de l’occasion pour rappeler votre situation actuelle et peut-être vos objectifs d’évolution. N’oubliez pas votre réseau d’anciens élèves.

Employer des mots clés

Comme dans tout C.V envoyé à un recruteur, vos curriculums vitae en ligne attireront davantage les recruteurs s’ils regorgent de mots clés. Evitez autant que possible les expressions trop longues et qui manquent de sens. Préférez des termes percutants, directement tirés du champ lexical du domaine dans lequel vous exercez votre activité : logiciels de pointe, compétences techniques ou managériales spécifiques.

Par exemple, lorsque vous abordez vos domaines de spécialisation et vos compétences, n’hésitez pas à employer des mots très précis. Cela prouvera au recruteur que vous connaissez le sujet et que vous n’êtes pas novice. Cela permet aussi de faire remonter votre CV en cas de recherche sur ces mots-clés. Et pour accentuer encore la mise en valeur de ces termes, vous êtes libre de les mettre en gras ou de les souligner.

Être actif sur la toile

Sur Internet, on doit parler de vous et vous devez parler de vous. Ceci ce veut être une règle d’or de la recherche passive d’emploi sur le net. Pour la respecter, essayez d’agir et d’interagir régulièrement sur des sites spécialisés comme les sites d’entreprises ou de secteurs qui vous intéresse. Par exemple, démarquez-vous en participant à des débats, en réagissant à des articles et en alimentant des forums. Bref, faites-vous un nom sur vos spécialités.

Ce biais vous permettra de dévoiler un peu de votre expertise sur la toile et appuiera votre intérêt pour ces domaines. D’autant plus que les recruteurs consultent souvent ces sites et qu’ils peuvent ressortir lors d’une recherche Google sur votre nom. Vous gagnerez ainsi à vous faire connaître auprès d’eux : « C’est un excellent moyen d’être repéré »

Contrôler son identité numérique

Les informations que vous laissez sur Internet constituent votre « identité numérique ». Il est important qu’elle reste sous votre contrôle. Notamment, sur Facebook, n’hésitez à distinguer votre profil personnel de celui professionnel, en ouvrant par exemple un compte sous un faux nom. Vous éviterez ainsi d’être rapidement reconnu par tout contact professionnel pouvant enquêter sur vous sur le net. « Il ne faut pas se leurrer : l’une des premières choses que fait tout recruteur est d’entrer le nom du futur embauché potentiel dans 123people pour obtenir toutes les informations à son sujet qui circulent sur la toile. »

Photos, commentaires et autres coordonnées personnelles, veillez à ce que vos informations personnelles ne troublent pas l’évolution de votre carrière. Au besoin, faites le ménage.

Créer un CV en ligne attractif

En plus de poster de simples CV conformément aux formats imposés par les différents sites supports qui vous proposent cette fonctionnalité, n’hésitez pas à créer vous-même votre curriculum sur le net. Cela vous permet d’être davantage libre dans la mise en page et l’apparence générale de votre CV et, donc, d’offrir aux recruteurs une vitrine complète de votre profil.

Pour cela, deux possibilités : vous pouvez soit utiliser des sites dédiés, tels que Doyoubuzz, qui, en général, sont gratuits et bénéficient d’un bon référencement. Soit vous achetez un domaine à votre nom et créez selon votre inventivité un CV attractif. Veillez simplement à rester en accord avec vos attentes et les secteurs d’activités sur lesquels vous souhaitez attirer d’éventuels recruteurs.

Tenir un blog professionnel

Loin d’être passé de mode, le blog demeure un outil Internet très répandu dans le monde professionnel – le plus souvent qualifié voire très qualifié – et apprécié des recruteurs. Il vous permet de montrer vos compétences et vos capacités de réflexion sur les domaines que vous maîtrisez, mais aussi de mettre en valeur votre intérêt pour ces secteurs. Une motivation recherchée dans tout profil, qui s’accentuera au fur et à mesure que vous alimenterez votre blog.

En outre, un blog à votre nom améliore votre visibilité sur Internet, tout en attestant de votre conscience professionnelle. Un conseil à rappeler : n’oubliez pas d’insérer des liens vers vos profils sociaux et vos CV en ligne pour favoriser une convergence entre les sites.